Comment retrouver son équilibreImaginez cette situation. Vous méditez depuis plusieurs années et du jour au lendemain, vous arrêtez tout cheminement comme si tout d’un coup vous reveniez en arrière, votre style de vie se dégrade, même votre alimentation subit un laisser-aller.

Les jours passent. Au début, vous pensez que vous prenez simplement une pause. Ensuite, vous vous rendez compte que rien ne va plus. Vous devez admettre que vous ne pouvez reprendre le dessus.

La situation commence à vous faire peur parce que vous avez conscience que vous n’êtes pas sur la bonne voie. Une certaine souffrance s’installe.

Comment cela a-t-il pu vous arriver? Comment vous en sortir?

De plus en plus de distractions nous étourdissent (Internet, jeux, alcool, drogue – name it). En échange de l’énergie et du temps que l’on perd dans ces activités – on reçoit un plaisir ou le soulagement temporaire de nos inconforts ou de notre souffrance intérieure.

Ensuite, la douleur refait surface et si on se tourne encore vers la satisfaction momentanée, on s’embourbe dans un cercle vicieux.

Les fuites

Certaines fuites sont évidentes telles que l’alcool, le jeu, mais d’autres sont plus subtiles telles que Internet, la nourriture, les relations, le travail, la TV.

Pourquoi ces fuites sont-elles subtiles? Par exemple, vous mangez tous les jours, c’est un besoin vital, c’est difficile de percevoir rapidement quand la nourriture devient une dépendance. Mais si vous ne pouvez vous empêcher de manger trop pour vos besoins – vous perdez la maîtrise de votre vie et n’êtes plus libre.

Ce n’est pas compliqué – tout peut servir de fuite, même la spiritualité.

Fuir l’éveil de conscience

Personne n’est à l’abri de la fuite face à l’éveil de la conscience car lorsqu’on est conscient on ne vit pas au même rythme que la plupart des gens. Cet aspect est difficile à assumer.

Les déclencheurs de fuite

À ce niveau, il y a beaucoup de possibilités. Les causes apparentes peuvent être les vacances, le stress, de nouveaux amis, un déménagement, un changement de travail.

Mais les causes profondes sont plutôt du ressort de l’ennui, du stress, l’agitation mentale, du doute, de l’isolement.

Observation de la situation

Comment revenir en son centre? L’observation vous permettra de prendre du recul par rapport à l’expérience désagréable que vous vivez.

Pour pouvoir reprendre votre cheminement, vous devrez d’abord observer ce qui se passe sans jugement. Si vous vous laissez aller à juger votre performance, vous vous enfoncerez plus profondément dans vos comportements parce que vous y ajouterez la honte de ne pas réussir.

Toutes ces résistances ont d’une certaine façon endormi votre conscience – c’est exactement ce qui se passe en général dans nos sociétés. La plupart des gens sont endormis.

Est-ce une régression?

En fait, on n’évolue pas graduellement – il y a des paliers où l’on intègre, et des moments où on a l’impression de régresser parce que notre base n’est pas encore assez solide. Par contre, pendant certaines périodes, on peut faire des pas de géant.

Comment observer la situation?

L’idée est de se pencher sur la situation sans jugement, sans essayer de l’évaluer ou de lui donner un sens. Il faut permettre à la situation d’être ce qu’elle est. On la regarde avec le plus de recul possible. Éventuellement, la situation vous apparaîtra sous son vrai jour et vous connaîtrez la cause profonde de vos résistances.

Questionnement

Voici quelques pistes de réflexion qui pourraient vous aider à voir clair et vous permettre de vous recentrer et de reprendre le style de vie que vous avez choisi.

  • Qu’est-ce qui se passe? On peut décrire la situation en paroles ou en écrivant dans un journal. On la décrit comme si on l’expliquait à une autre personne qui nous écouterait à cœur ouvert.
  • Quelles sont les différences entre la situation actuelle et le niveau d’éveil atteint précédemment. Qu’est-ce qui a changé?
  • Décrire le point de départ de la situation. Comment est-ce arrivé?

Si vous ne trouver pas de réponses à ces questions, ce n’est pas grave parce que le simple fait de les avoir posées fera bouger votre énergie et vibrer les murs de la résistance.

Suggestions

  • Rester totalement présent aux sensations/pensées/émotions qui viennent avec l’observation de la situation. Il s’est creusé un fossé entre le développement de la conscience qui a été entrepris – cette situation sert de barrage à l’éveil (on s’était éveillé pendant un certain temps, ensuite, on a rien vu venir, on a manqué de vigilance et on s’est rendormi).
  • Tant qu’on ne plongera pas dans la souffrance créée par cette situation – on ne pourra pousser pour remonter vers la lumière de notre conscience.
  • Voir la situation en face – ne pas se mettre la tête dans le sable et faire comme si de rien n’était.
  • Observer jusqu’au plus profond de la situation – la scruter.
  • L’assise – simplement s’assoir et observer les sensations physiques – ne pas utiliser de techniques plus poussées pour le moment.

Sangha

Les bouddhistes utilisent le terme ‘sangha’ pour définir la communauté spirituelle. La sangha n’a rien à voir avec les sectes qui enlèvent toute liberté à leurs membres.

Si vous avez fait un bout de chemin mais que vous êtes tout seul et ne pouvez échanger à ce sujet avec d’autres personnes – la pression deviendra forte pour que vous retourniez à votre ancienne vie.

Rencontrer des personnes avec qui on peut parler de notre cheminement est crucial. On peut par exemple, avoir de très bons échanges autour d’un repas avec des amis qui ont eux aussi entrepris un cheminement.

L’attention

Vous remettre sur votre voie va vous demander de l’attention – pour ne pas glisser à nouveau sans vous en rendre compte dans la situation que vous voulez éviter – celle de vos vieilles habitudes.

Ça peut prendre plusieurs jours d’observation et d’attention pour faire le tour de la situation – quand vous serez arrivé au cœur du problème vous pourrez commencer à le régler.

La pratique

Par contre, une fois que vous prenez conscience que vous vous êtes éloigné de votre cheminement, n’essayez pas de reprendre vos pratiques par exemple, au même point qu’avant votre régression.

Recommencez graduellement. Si vous méditiez deux heures par jour, faites-le une vingtaine de minutes pendant quelques jours. En portant attention, vous saurez quand ce sera le moment d’augmenter. Par contre, certaines personnes se rendront peut-être compte que leurs résistances sont issues d’une pratique trop intense qu’elles ont essayé de s’imposer.

Une fois que vous vous serez éveillé à la situation, en sortir deviendra un défi plutôt qu’une contrainte. Vous reprendrez votre chemin – vous aviez simplement fait un détour. Vous étiez allé voir ailleurs comme on dit.